Se connecter - S'inscrire

« Kamit » veut dire « Noirs »

Partager

Selon nous, dans la langue pharaonique, « Château-de-l’âme-de-Ka » devait se prononcer
« Hout-Ka-Ptah » ( en translittération cela donne : Hwt-K3-Ptḥ ) :

Qu’ils disent « Kemet », « Kemmiou », « Kamit », « Kemtyou » et même « Remetou », les Egyptiens anciens se positionnent en dehors de « l’Humanité blanche ou sémite ».

Certes, nous pouvons être choqué mais nous ne pouvons ni le nier, ni l’ignorer... Nous devons essayer humblement de l’expliquer ! La Maât ( Vérité-Justice ) l’exige.


( Comparez le Pharaon Sésostris III avec le célèbre acteur Africain-Américain Wesley Snipes... )


Introduction...

De toutes les œuvres écrites en Hommage à Cheikh Anta Diop, et en dehors d’un livre monumental de l’éminent Professeur Théophile Obenga ( Cheikh Anta Diop, Volney et le Sphinx, Khepera, Présence africaine, 1996 ), celui du Professeur Jean-Marc Ela ( Camerounais ; Lauréat de l’Académie de Strasbourg ; Livre d’Or de RFI ; auteur de nombreux ouvrages traduits en anglais, allemand, italien et néerlandais ) est à souligner ( Cheikh Anta Diop ou l’Honneur de penser, L’Harmattan, 1989 )...

« La Raison est née chez les noirs : tel est le « scandale » qui est au centre de l’œuvre de Ch. A. Diop.

Si cette œuvre fascine les uns, elle perturbe et dérange les autres. Pour en saisir l’enjeu, il faut revenir au long débat ouvert sur l’Afrique à partir du regard de l’Occident depuis la Renaissance. Avec une puissance de travail rare et une vaste culture, le célèbre auteur de Nations nègres et Culture affronte

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26